Mégalithes dans l’ascenseur de la grotte

Il y a la place dans la cage du premier étage pour que TOUS les mégalithes présents dans la pyramide puissent y prendre place un à un.

Mais la performance « ordinaire » de cet étage est limitée à placer à 24 m une masse de 21 t, or TOUS les mégalithes dépassent cette limite de masse et les plus nombreux sont à élever entre 48 et 60 M de hauteur.

Les constructeurs ont donc du mettre en place une procédure d’élévation spéciale aux mégalithes qui se présentent sous deux classes:

  • Les mégalithes du toit de la chambre basse, 18 en tout, identiques pesant 32 t à élever à 24 m de hauteur
  • Les mégalithes de la chambre haute répartis en 5 couches entre 48 et 60 m de hauteur, assez dispersés en formes et poids dont le plus gros pèse 65 t à 60 m de hauteur

Il a fallu modifier le fonctionnement du flotteur, car le niveau d’eau dans le circuit ira jusqu’à 21 m, il aura fallu donc installer une étanchéité entre le flotteur et le cylindre et la longueur du flotteur étant toujours de 31 m.

Mégalithes de la chambre basse:

L’analyse du fonctionnement du flotteur indique que ceux-ci pouvaient passer dans la procédure ordinaire, en poussant le niveau d’eau dans le circuit à la cote 5 m.

Mégalithes de la chambre haute:

Le mégalithe le plus gros qui est aussi le plus haut sera pris comme exemple l’un des chevrons de la chambre haute pesant 65 t.

C’est le cauchemar des hydrauliciens de la pyramide qui a dû provoquer de nombreuses nuits blanches, comment avec un flotteur qui ne monte que 20 t à 24 m amener un mégalithe de 65 t à 60 m de hauteur en partant du niveau 5 m?

Tout le monde aura compris qu’il a fallu procéder en deux paliers de 28 m, il aura donc fallu pour le deuxième palier ajouter un prolongateur de 28 m au flotteur. Le poids de cette cale sera pris pour 13 t alors que celui du flotteur était de 24 t.

Premier palier de 5 m à 33 m:

On fit monter le mégalithe plateau bloqué en position basse au niveau 5 m, le point haut du flotteur touche le plateau sans le soulever, le niveau d’eau dans le circuit est à été mis à – 13 m. L’ensemble flotteur + mégalithe aurait pesé maintenant 24 + 65 = 89 t, mais il a fallu anticiper qu’au deuxième palier un poids de 13 t s’ajoutera avec le prolongateur, donc un lest de 15 t fut rajouté, portant le poids total à 102 t. Avec 3 M² de section,  34 m de colonne d’eau sont nécessaires pour faire décoller le plateau portant le mégalithe de son logement.

Le niveau d’eau dans le circuit été alors de + 5 – 31 + 34 = 8 m, il a fallu le porter 14 m plus haut pour que le plateau atteigne son point d’équilibre statique à la cote 5 + 14 = 19 m pour atteindre au point haut de l’oscillation la cote + 33 m.

En vidant le réservoir dans la galerie descendante, le niveau montait de 9 m, passant de + 8 m à + 17 m, le plateau portant le mégalithe montait de la cote 5  à la cote 5 + 9 = 14 m

Il a fallu maintenant boucher l’entrée de la galerie descendante et remplir la galerie ascendante pour gagner encore 5 m.

Mais là il y a fallu régler d’abord un problème.

Au moment de cette ascension, le deuxième étage du monte charge, celui de la chambre basse était en service, et 3 blocs de granite bouchant le bas de la galerie ascendante isolaient le circuit d’eau de la grotte de celui de la chambre basse.

Il aura fallu donc commencer par stopper le fonctionnement du flotteur de la chambre basse et ouvrir la soupape que constituent ces 3 blocs.

Il reste un problème : où trouver l’eau pour remplir la galerie ascendante?

Maintenant que les ascenseurs sont désactivés on ne pouvait plus la faire monter, il aura donc fallu préalablement la stocker dans la chambre haute dont les murs étaient alors terminés, mais le plafond non posé et qui fait 350 M³ de contenance possible.

On peut lire dans la chambre des herse quel dispositif permettait d’isoler la grande galerie de la chambre haute et à la demande d’envoyer de l’eau dans la grande galerie.

Le niveau dans le circuit pouvait monter à la cote + 22 m, le plateau portant le mégalithe pouvait alors atteindre à + 19 m son point d’équilibre statique.


Il a fallu mettre cet ensemble en oscillation pour atteindre la cote + 33 m et y accrocher le plateau par des cales antiretour.

Mais le plateau était alors inaccessible aux opérateurs pour qu’ils puissent le mettre en mouvement par la procédure ordinaire, c’est à ce moment que la grande galerie jouât le rôle pour lequel elle fut construite.


Fonction de la grande galerie:

Au lieu d’apporter directement au flotteur porteur du mégalithe l’énergie qui le met en oscillation, cette énergie est donnée à l’eau du circuit en faisant monter son niveau par un deuxième flotteur introduit dans la galerie ascendante.

L’énergie étant apportée alors par des opérateurs dévalant la grande galerie sur un chariot glissant dans la rainure centrale qui via une tige pousse et fait descendre le flotteur, ce qui élève le niveau d’eau du circuit. L’énergie potentielle perdue par les opérateurs en passant du point haut au point bas de la grande galerie est alors totalement cédée au circuit d’eau du flotteur porteur, qui commence à se mettre en mouvement.

Une fois arrivés en partie basse de la grande galerie, les opérateurs quittent le chariot qui remonte repoussé par le flotteur, les opérateurs remontent aussi en marchant sur les banquettes de part et d’autre de la rainure.

Une fois le chariot arrivé en partie haute, des opérateurs embarquent et font descendre le chariot pour une nouvelle course et ainsi de suite..

Le chariot et son flotteur forment aussi un système oscillant.

Le mégalithe sur son flotteur déplace 28 m de colonne d’eau, sa période d’oscillation est donc de 11 s.

La longueur de la galerie ascendante est de 37 m, mais sa partie basse est occupée par 5 m de blocs de granite, la longueur utile se limite donc à 32 m.

Le flotteur pouvait donc faire une course de +/-16  m sa période d’oscillation était donc de 8 s.

Il fallait donc à chaque point haut du chariot retenir celui-ci  pour lui donner un mouvement synchrone de celui du mégalithe.

Pour fixer les idées admettons que le chariot ait pu contenir 10 opérateurs lestés à 100 Kg

Faisant une chute de 16 m le chariot délivrait à chaque course, via le circuit d’eau, une énergie de 157 KJ au flotteur porteur, ce dernier au sommet de sa course devait avoir une énergie potentielle de 102 × 9.82 × 14 = 14 000 KJ, il ne fallait donc pas moins de 90 courses du chariot pour que l’amplitude maximale du flotteur porteur soit atteinte, soit une durée minimale de 990 s ou 17 mn.

La puissance demandée par ce système était de 157 / 11 = 14 KW ce qui nécessitait un effectif se relayant dans la grande galerie de 70 opérateurs pour une ½ montée de mégalithe.


Une fois le plateau retenu par les cales antiretour, il restait encore 28 m d’élévation pour porter le mégalithe à son altitude d’arrivée.

A ce point, étant déchargé, le flotteur appuyait sous le plateau et tout mouvement s’était arrêté.

Il a fallu faire redescendre le flotteur en vidant le circuit d’eau par l’entrée de la galerie descendante, le volume d’eau enlevé du circuit se retrouvant dans le réservoir de l’entrée.

Ceci fait le flotteur se retrouvait au niveau + 5 m et l’on pouvait retirer les 15 t de lest, puis placer au dessus du flotteur le prolongateur qui pesait le même poids et faire remonter le niveau d’eau du circuit pour que le haut du prolongateur, soulève  le plateau porteur du mégalithe et le fasse monter de 14 m.

La mise en oscillation de cet ensemble permettait alors à son amplitude maximale de faire atteindre au plateau la cote + 60 m un dispositif antiretour l’immobilisant alors.

Mission accomplie!

Il restait encore à vider le circuit d’eau pour faire redescendre le prolongateur et le flotteur, puis un nouveau mégalithe pouvait prendre place dans cet ascenseur prodigieux!

Il y a 5 étages de mégalithes au dessus de la chambre haute, quand un étage de mégalithes est posé, on remet en route le fonctionnement ordinaire des ascenseurs de la grotte et de la chambre basse pour remplir une ou deux nouvelles assises, jusqu’à ce qu’il soit temps de poser une nouvelle couche de mégalithes.

Dans cette séquence les deux étages partageaient le même circuit d’eau et l’étage de la grotte fonctionnait avec son étanchéité entre le flotteur et le puits.



Il fallait donc une communication entre le volume de la grande galerie et la cage de l’ascenseur du premier étage pour que des opérateurs  donnent les tops de synchronisation des mouvements, mais aussi tout simplement pour pouvoir entrer et sortir de la grande galerie et encore plus trivialement avoir de l’air à respirer.

A ce moment de la construction de la pyramide, la cage dans laquelle circulaient les blocs donnait bien évidemment sur l’assise. Mais la grande galerie?

Pour les deux premières couches de mégalithes, la grande galerie donnait encore directement sur l’assise, puis quand avec l’assise # 63 la pyramide a atteint 51 m, le haut de la grande galerie s’est refermé. Les constructeurs ont creusé le boyau que l’on connaît qui donne aujourd’hui sur la première « chambre de décharge » en longeant le cylindre au dessus de « la chambre des herses ». A l’époque il devait y avoir un passage vers le puits du premier étage pour rejoindre l’assise par ce chemin.

……………………………..

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s