Pose des mégalithes sur l’assise

Aussi incroyable que ça paraisse, les mégalithes du toit de la chambre haute se sont posés tout seuls ou presque à leur emplacement définitif après leur arrivée sur l’assise hissés par l’ascenseur de la grotte. Une bonne préparation du cheminement et l’utilisation de la gravité ont comme toujours dans ce chantier rendu banal un acte apparemment quasi surhumain. Plus surprenant encore en analysant finement cette procédure on découvre où se situe le vrai complexe mortuaire du roi!

Problématique générale du toit de la chambre haute:

La méthode générique de pose des mégalithes à leur emplacement définitif est de les accélérer à une certaine vitesse sur leurs roulements, puis de bloquer leur avancement, l’énergie cinétique qu’ils contiennent les faisant  tomber de leur roulement et basculer à leur emplacement, peut être faudrait-il par la suite l’intervention d’un pousseur d’assise pour ajuster leur position définitive.

Il fallait pour ce faire disposer d’un dégagement de l’ordre de 10 m  au nord ou au sud par rapport à l’emplacement de la chambre.

Cette méthode va trouver une application particulière pour les poutres du plafond de la chambre haute, qui doivent enjamber le vide de la chambre, en effet en laissant tomber sans précaution ces poutres de leur hauteur on est assuré d’une casse au moment du choc de l’arrivée sur le mur opposé.

Il fallait donc mettre un amortisseur de chute, rôle qui pouvait être tenu par un flotteur dans la chambre que l’on pouvait alors avoir rempli d’eau en bouchant son passage d’entrée avec, évidemment, « le sarcophage » qui s’y trouve encore!

La poutre qui pivote sur une arête de sa base tombe en son milieu sur le flotteur qui s’enfonce en amortissant la chute, sans pour autant soutenir complètement la poutre.

Pour ce qui était des autres poutres placées au dessus du plafond et des poutres du toit, le risque était le même, mais là il était facile d’entasser les sacs de sable destinés à boucher les trous des assises pour amortir la chute.

Les poutres autres que celles du toit, sont grossièrement rectangulaires et doivent basculer de leur longueur qui est autour de 6 m, en position couché leur hauteur maximum pouvait atteindre 2 m.

Le centre de gravité, le milieu de la base et de l’arête de pivotement forment un triangle rectangle de 3 et 1 m de coté, donc la diagonale fait √10 = 3.162 m .

Au moment du basculement cette diagonale passera sur la verticale de l’arête, en faisant faire au centre de gravité une ascension de 0.162 m.

Pour donner à la poutre l’énergie cinétique adéquate, il suffit d’avoir élevé au préalable le bloc de au moins 0.162 m et de lui faire dévaler une pente sur ses rouleaux, il atteindra au bout de la rampe la vitesse de 0.57 m/s ou 2 KM/H et basculera sur une butée, sous l’effet de l’énergie cinétique acquise.

Donc il faut qu’à son arrivée sur l’assise le bloc dispose d’un supplément de hauteur pour faire ce basculement final. Ce supplément de hauteur sera mis à profit pour le faire cheminer « gratuitement » sur l’assise sur un profil de roulement en « montagnes Russes » légèrement en pente pour qui compense les pertes de roulement, car depuis le point de déchargement il aura a gagner son point de départ de la rampe d’accélération qui doit être éloigné de l’ordre de 5 m de son emplacement final et dans son alignement.

……………………………………………………

Mais il y a de l’encombrement sur l’assise à ce moment du montage de la pyramide:

  • Quand les murs de la chambre haute ont été posés, l’altitude de l’assise est 49 m et il y a face au déboucher de la cage qui amène les blocs, la grande galerie en cours de terminaison, mais elle fait encore un grand trou de 27 M² sur  la surface de l’assise, ce qui est un obstacle sérieux au nord de la chambre haute, si à ce moment on envisageait de poser les chevrons nord pour poser le toit de la chambre haute juste au dessus des murs, comme dans la chambre basse. Il aurait fallu attendre le niveau 51 m pour que le plafond de la grande galerie disparaisse sous l’assise. Si ce n’était que ça, les constructeurs auraient pu s’arranger pour surélever de 2 m les murs de la chambre haute. Or il n’en a rien été, la surélévation du toit a été de 13 m par 5 couches d’énormes poutres en granite.
  • C’est donc qu’au nord de la chambre haute il restait un obstacle encore plus sérieux, = le montage du complexe mortuaire qui est fait lui aussi de blocs encombrants, surtout pour les toits. Seul l’accès sud était libre de tout obstacle, ce qui laissait toute la place pour poser toutes les poutres horizontales et les chevrons sud. Il a donc fallu attendre en posant poutres sur poutres le niveau 60 m pour que le complexe mortuaire ait disparu dans la pyramide pour disposer d’un accès nord pour poser les chevrons nord du toit.

Il y avait donc gène réciproque entre les deux constructions, chambre haute et complexe mortuaire:

  • Les chevrons nord du toit de la chambre haute ne pouvait être posé juste au dessus des murs de la chambre, le trou de la grande galerie l’aurait empêché.
  • La construction du complexe mortuaire situé juste au dessus de la grande galerie a par la suite empêché la pose des chevrons nord du toit de la chambre haute, qui a du être surélevé par 5 étages de poutres pour pouvoir enfin être posé sur cet empilage une fois le complexe mortuaire enseveli sous les assises!

En conséquence sur une durée d’environ 15 assises, il y avait concurrence entre deux constructions, la chambre haute ( qui avait été pourtant décalée de 11 m vers le sud) et le complexe mortuaire.

Chacune des deux constructions se partageant la cage de l’ascenseur du premier étage.

Les mégalithes de la chambre haute dégageant vers le sud à leur arrivée sur l’assise pour rejoindre leur logistique de pose, les blocs du complexe mortuaire dégageant vers l’espace au nord de la chambre haute avec leur logistique de pose.

Il est évidemment hors de question pour le moment de parler de la construction du complexe mortuaire, l’information sur celui-ci manque totalement!

…………………………………………………………….

Pose des mégalithes du toit:

Il faut faire suivre aux mégalithes un trajet dans deux directions, un trajet Nord-Sud d’ environ 25 m en arrivant sur l’assise, puis Est-Ouest pour positionner le mégalithe face à son emplacement futur entre 5 et 15 m suivant l’emplacement du bloc, et enfin Sud-Nord d’environ 5 à 10 m pour prendre de la vitesse et basculer.

Le changement de direction à 90° se fera par soulèvement et échange des rouleaux.

La séquence est la suivante:

  • Arrivée à hauteur de l’assise, le plateau dépasse le niveau puis retombe sur un support glissé par des opérateurs, ce support fait une rampe qui accélère le bloc dans le sens N-S.
  • Le bloc parcours 25 m environ sur l’assise dans le sens N-S, il arrive sur une rampe montante qui le freine,  il est stoppé par une butée.
  • Rouleaux réorientés, le bloc circule dans le sens E-O, il descend une rampe qui l’accélère, il fait entre 5 et 15 m de parcours E-O  suivant sa position sur l’assise.
  • Le bloc est freiné par une rampe montante, il se positionne sur un plateau stoppé par une butée.
  • Sur le dernier plateau il y aura à faire pivoter de 90° le bloc sur son axe vertical, en effet pour diminuer le coût de la galerie d’accès des blocs, on les fait passer sur leur plus petite largeur, 1.5 m en occurrence, mais de ce fait la grande face est orientée Est-Ouest en arrivant sur l’assise, alors que posée, elle est orientée Nord-Sud. Il y a une méthode pour ça
  • Rouleaux et bloc à nouveau réorientés, le bloc est poussé dans une rampe en descente S-N qui l’accélère en direction de son emplacement définitif, sa vitesse est légèrement supérieure à 2 KM/H sur un parcours d’environ 5 m.
  • Le bloc trouve une butée sur son arête basse et bascule, sa chute est amortie soit par un flotteur pour les poutres du plafond, soit sur un entassement de sacs de sable qu’il écrase.
  • Les poutres du plafond étaient préalablement enduites de mortier ainsi que la poutre déjà posée coté ouest et le haut du mur de la chambre, des pousseurs d’assise font plaquer le bloc sur le bloc précédemment posé.
  • Les poutres posées au dessus de celle du plafond, sont aussi ajustées en position par des pousseurs d’assise.
  • Mégalithe posé, les rouleaux du blocs font le chemin en sens inverse et vont sur le plateau pour descendre avec lui.
  • Les cales qui ont élevé le plateau, empilées dans la cage descendent une à une et sont évacuées jusqu’à la dernière avec le roulement du mégalithe, celui-ci ira rejoindre le bassin de réception des blocs dans la plaine du Nil.
  • L’ascenseur peut être préparé pour élever le bloc suivant.

Quand viendra le tour des blocs du toit partie nord, l’assise étant maintenant dégagée, le dispositif déménagera du coté nord de la chambre.

Quand tous les mégalithes sont posés, la cage de l’ascenseur est désormais inutile à cette altitude de 60 m, sa prochaine utilisation sera pour faire gagner au roi sa dernière demeure dont le plancher est à 52 m.

Un voûte en espalier sera donc construite à partir du niveau 50 m dans la cage, ceci fait, la partie supérieure de la cage sera comblée depuis l’assise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s