Chambre des herses

Ch des Herses Sud

La chambre des herses telle qu’on la voit aujourd’hui

CH-Herse-Aujourd'hui

est un vestige maquillé, d’une portion du puits vertical du troisième étage du monte charge, ses murs Est et Ouest nous donnent une clé de compréhension de la technologie des puits élévateurs de la grande pyramide.

Le volume du puits du troisième étage sur toute sa longueur de 29 m est fait d’une cheminée verticale maçonné à l’aide de pierres de calcaire taillées, équipée d’un placage en granite dont une portion est encore visible dans la chambre des herses, celle-ci nous indique que la section horizontale de ce puits faisait 1.05 x 1.5 m.

Puit3 en service

La question se pose de savoir si les rainures taillées dans ce placage pour accueillir les herses se prolongeaient sur toute la longueur du puits, l’examen de ces rainures au droit du sol du couloir qui la traverse montre qu’elles n’ont été taillées que sur une longueur limité à la chambre des herses.

Ce plaquage en granite se justifie par la dureté du granite pour résister à l’usure provoquée par 4 000 vas et viens par jour pendant plusieurs années.

Le mouvement du flotteur était parfaitement vertical grâce à son lest qui plaçait le centre de gravité, bien en dessous du centre de poussée pour l’essentiel du trajet du flotteur. Mais on ne pouvait éviter des frottements, sans charge heureusement, contre les parois du puits. Le flotteur étant en bois, il usait peu le granite, par contre lui même s’usait d’avantage, on pouvait toujours démonter le flotteur pour lui faire une maintenance, mais pas le parement du puits qui devait tenir toute la durée du chantier.

La fonction de ce qui est appelé aujourd’hui la chambre des herses a été multiple au plan de l’hydraulique de la pyramide, ainsi que l’atteste encore la présence de deux « faux linteaux » en granite qui formaient alors une vanne guillotine.

En effet avant même que le troisième étage ait été fonctionnel, alors que la construction de la pyramide en était au point que la chambre haute soit érigée partiellement, cette dernière aurait pu servir de réservoir d’eau, que cette eau montés par le deuxième étage dans des conteneurs adéquats ait été versée pour commencer directement dans la chambre haute, puis plus tard quand la chambre haute avait reçu son plafond à travers les fameux « conduits de ventilation ».

Dans une phase de la construction cette eau aurait été utilisée pour les changements de configurations des deux premiers étages d’élévateurs, lors de la procédure spéciale pour faire monter les poutres du toit de la chambre haute (et du complexe mortuaires).

Plus tard alors que le troisième étage était en service, il fallait par là pouvoir transférer du puits du troisième étage un certain volume d’eau pour faire l’appoint des niveaux des deux étage inférieurs.

Dans ces deux circonstances, « la chambre des herses » était isolée de la grande galerie, par le « sarcophage » qui se trouve toujours dans la chambre haute et par les « faux linteaux » toujours en place.

vanne

A cette époque le « faux linteau » supérieur était en fait la lame mobile d’une vanne guillotine s’appuyait sur le mur nord de la ‘une chambre des herses (mais à 180° de sa position actuelle), assurant l’étanchéité à l’eau, l’état de surface très fin de cette pièce en atteste la fonction. Il suffisait alors entre la vanne et le mur nord de poser un joint d’étanchéité, probablement fait d’une sorte de pâte visqueuse.  La pression d’eau en ce point était celle d’une colonne de 15 m de hauteur plaquait vigoureusement la partie supérieure de la vanne contre le mur nord. Aujourd’hui cette partie du mur nord a disparu, mais G.Dormion dans son ouvrage « La chambre de Chéops » en a révélé les traces.

La section du sarcophage très proche du couloir de liaison avec la grande galerie permettait facilement de faire un bouchon étanche en fermant le passage juste en dessous du faux linteau inférieur.  Les constructeurs avaient pris soin de soulever de 1 centimètre la dalle du sol sous les « faux linteaux » afin de laisser un jeu plus faible facilitant la réalisation de l’étanchéité. Plus encore, la longueur du sarcophage est telle que sa face nord déborde du couloir de liaison avec la grande galerie, grâce à quoi l’eau stockée dans la chambre des herses déversée par « les faux linteaux », réelle vanne guillotine, pouvait s’écouler via « le sarcophage » dans la grande galerie.

Vanne eau

Pyramide terminée, roi inhumé, une section de ce puits a été conservée avec quelques transformations pour fabriquer la chambre des herses:

Pyramide terminée, roi inhumé, les 5 puits élévateurs et leur cages communiquaient encore librement entre eux depuis le seuil de chargement sur la base jusqu’au sommet de la pyramide, formant une immense cheminée de 145 m de hauteur en 5 segments.

Les constructeurs se devaient d’obturer cette cheminée par le haut de la pyramide car elle donnait un accès aisé à la chambre mortuaire.

A un moment donné ce fut le tour du puits du troisième étage. Il fut d’abord comblé de son fond jusqu’au niveau de la chambre haute en formant un sol avec 3 grosses dalles de granite, puis ce furent les transformations de la chambre elle même.

G.Dormion nous expose (La chambre de Chéops) que le mur nord fut retaillé vers le sud sur 30 cm, de même que le mur sud, dans le but de libérer le volume pour y placer les herses et donner un accès à celles-ci en passant au dessus des faux linteaux. Il y avait à tailler les rainures de guidage des herses ainsi qu’à élargir la partie supérieure de chambre de 1.04 m à 1.6 m pour permettre de loger le dispositif de pose les herses. Ces tailles auraient pu être faites (sauf la taille des 4 rainures de la face sud et de la rainure de la herses sud) au grand air au moment de la construction du puits, car elles ne dérangent en rien le fonctionnement du flotteur.

Restait le problème du plafond de la chambre:

La norme architecturale de la pyramide pour protéger un volume limitait la solution du linteau à une portée de 2 coudées royales soit environ 1.05 m, après quoi il fallait passer soit à la voûte en double chevrons, comme ce fut fait pour l’entrée, la chambre haute et la chambre basse, soit la voûte en encorbellement comme pour la grande galerie ou la niche de la chambre basse.

Or ici nous constatons 3 linteaux de 1.6 m de portée!

On peut en déduire avec une quasi certitude que ces linteaux n’en sont pas, mais sont des poutres auto porteuses déchargés par une voûte au dessus.

Ce type de configuration fut découvert par Dormion et Verd’hurt dans la pyramide de Meidoum avec des dimensions très proches, ce n’était donc pas une première. On peut donc s’attendre à découvrir une petite chambre vide avec voûte en encorbellement sur les linteaux du plafond de la chambre des herses.

voûte-CH-Herses

Les 3 poutres du plafond sont déportés par des linteaux au sommet de la voûte, le linteau central est en trois parties pour faire une clé de voûte de 1.05 m de longueur et environ 0.6 m maximum de largeur pour supporter le futur remplissage de la cheminée. Les autres linteaux de part et d’autre supportant les pierres du remplissage et le placage en granite du puits.

Clé de voute éclatée

Cette voûte avec ses deux linteaux en partie supérieure aurait dû être construite en même temps que se montait le puits, elle ne n’aurait gêné en rien par la suite le fonctionnement du flotteur élévateur, il suffisait que l’ouverture de son extrémité supérieure soit légèrement supérieure à 1.04 x 1.5 m.

Le rectangle sur lequel s’inscrit l’intérieur de la voûte en partie basse pourrait avoir les dimensions du haut de la chambre des herses plus quelques dizaines de centimètres par exemple près de 3 x 2 m. On peut anticiper que les degrés des encorbellements soient identiques en hauteur à ceux de la grande galerie toute proche, donc la hauteur du premier degré aurait pu être de 0.98 m = la hauteur du troisième degré de la grande galerie 0.87 m plus 0.11 m de décalage de niveau du plafond de la chambre des herses.

Cette hauteur aurait permis le basculement des poutres du plafond pour leur mise en place, si leur épaisseur été de l’ordre de 0.5 m (mais à ma connaissance personne n’a mesuré cette dimension).

Le niveau du haut de la voûte devrait être le même que le niveau du haut de la grande galerie dans son extémité sud soit une hauteur de 4.4 m pour une portée de 2 m.

Avec ces dimensions, pour fermer la chambre, il était loisible de laisser descendre un à un les poutres formant le plafond, puis de les laisser basculer et se poser en place au moment de fermer la chambre. Les opérateurs dirigeant la manœuvre disposant de la place dans la chambre des herses comme sous la voûte. Il fallait alors préparer la sortie des opérateurs après la pose de la clé de voûte qui condamne la sortie par le haut, donc probablement la poutre centrale ne recouvrait que partiellement son emplacement futur, par exemple en étant étayée pour laisser en hauteur un espace suffisant pour que des opérateurs s’y glissent.

Ces dernières opérations se faisant alors que les herses étaient posées, les opérateurs pouvaient s’extraire de la chambre des herses en passant au dessus du « faux linteau » supérieur, ceci explique pourquoi le dépassement du mur nord qui permettait l’étanchéité avec le faux linteau supérieur été retaillé pour s’aligner sur la partie basse du mur.

Percer un tout petit trou dans une des poutres du plafond permetrait à peu de frais en y introduisant un endoscope (comme le firent Dormion et Verd’hut à Meidoum) de valider ou invalider cette analyse.

Examinons maintenant le fonctionnement de ces volumes pendant la période de construction:

La chambre haute contient de l’eau et communique avec son puits (la chambre des herses) par son couloir d’entrée, le puits est plein d’eau depuis son fond au niveau 29 m jusqu’au niveau 58 m et contient un flotteur de 29 m de longueur, à hauteur de la chambre des herses le mur nord du puits et traversé par le couloir conduisant à la grande galerie, ce couloir est bouché par le sarcophage au niveau du faux linteau inférieur, le mur sud du puits étant traversé par le corridor conduisant à la chambre haute qui lui distrinue son eau.

La section du sarcophage 0.98 x 1.05 m, passe dans celle du premier et deuxième couloir  1.04 x 1.11 m avec un jeu faible, propice à réaliser une parfaite étanchéité, la longueur du sarcophage permet exactement de faire passer l’eau issue de la vanne à travers le mur nord de la chambre des herses. Toutes ces dimensions qui s’accordent parfaitement ne sont pas le fruit du hasard!

Normalement ce dispositif aurait eu à fonctionner chaque fois qu’il fallait ajuster le niveau d’eau des étages inférieurs quand le troisième étage était en service.

Le « sarcophage » devait rester à cet emplacement pendant toute la durée de la construction de la pyramide.

Un autre « détail » est manquant dans la configuration visible aujourd’hui:

L’étude du fonctionnement du troisième étage montre que la partie haute du puits (prolongement de la chambre des herses) se situe à 58 m, le niveau d’eau montait dans le puits jusqu’à cette hauteur, soit 13 m de colonne d’eau au niveau du faux linteau supérieur, il fallait donc une étanchéité à cet endroit résistant à 1.3 Kg/CM² de pression.

G.Dormion a remarqué dans son analyse de la chambre des herses que la face sud de son mur nord avait été retaillée, elle aurait donc pu avoir cette configuration pendant la phase construction de la pyramide:

Vanne eau Détail

Y a-t-il des indices dans la pyramide pour valider ce récit?

En voilà un, la marche haute de la grande galerie, si ça n’est pas un déversoir!

On remarque également que l’angle de la galerie d’entrée à la chambre des herses a été rogné, comme le même angle du sarcophage pour laisser un passage.

Entrée Ch des herses

En voilà un autre « détail » vraiment surprenant:

Sarcophage-coin

Les constructeurs ont fait « tomber » un angle du sarcophage, pas seulement pour diriger l’écoulement de l’eau, mais surtout pour laisser entre le linteau du couloir et les parois du sarcophage, une espace minimal suffisant pour accéder dans le « sarcophage ».

En effet « sarcophage » en place il fallait poser deux cales entre sa paroie intérieur nord et l’arête sud du linteau du corridor de liaison avec la grande galerie afin que la pression d’eau sur le « sarcophage » lui infligeant une force de 13 tonnes ne le chasse pas dans la grande galerie.

Par ailleurs, il fallait donner un accès à un opérateur pour aller manoeuvrer la vanne.

On notera dans la photo précédente que l’angle haut / ouest du couloir d’entrée a été creusé ce qui élargit encore le passage ouvert par l’échancrure du « sarcophage », néanmoins pour passer par là il fallait avoir des talents de contorsionniste et ne pas avoir la stature d’un lutteur sumo!

Cette configuration est resté telle quelle jusqu’à l’achèvement de la pyramide, par la suite le « sarcophage » a été déplacé un peu plus au sud à l’entrée du deuxième passage pour le boucher et participer ainsi au scénario du leurre.

3 réflexions sur “Chambre des herses

  1. K.H.

    Bonjour, comment expliquez-vous les trois trous sur le bord du sarcophage, si ce n’est pas pour recevoir trois goupilles de calage du couvercle protégeant la momie du pharaon ?
    Merci

    J’aime

    1. khufulite

      Merci pour votre commentaire,
      Il n’y a pas que les trois trous, mais aussi une rainure qui aurait pu recevoir un couvercle.
      Couvercle qui n’a jamais été retrouvé ni entier ni en morceaux, pas plus que la moindre trace de momie, ni le plus petit morceau de mobilier funéraire alors que « le sarcophage » est lui resté dans la chambre.
      Dans mon hypothèse de fausse chambre funéraire (qui rejoint l’avis de G.Dormion), ce sarcophage devait pouvoir « donner le change », il lui fallait donc posséder au moins quelques attributs d’un « vrai sarcophage »

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s