Trial Passage

Trial-passage
Credit: F.Petrie

L’archéologue F.Petrie a trouvé non loin à l’est de la pyramide, proche d’une « fosse à barque » une curieuse structure orientée nord sud creusée dans la roche du plateau, qu’il a appelé « trial passage », c’est en fait une maquette des galeries importantes dans la pyramide, qui a permis de tester et de régler tout le fonctionnement hydraulique de la pyramide, ce modeste vestige oublié de tous est une pièce fondamentale de la compréhension du fonctionnement hydraulique de la pyramide.

Selon Petrie ce vestige est une maquette faite d’un morceau, de la galerie descendante, de la galerie ascendante et de la partie basse de la grande galerie, mais le puits vertical le laissa perplexe, il ne su lui donner une utilité! Pour moi ce puits a pu contenir un flotteur dans certaines circonstances.
On trouve également à quelques mètres une étrange tranchée de 7 m de long (la dimension du puits vertical) dont la profondeur varie de 1 m à 0.7 m, de section identique au puits vertical.
Ce dispositif aurait pu servir une fois rempli d’eau à « peser » le flotteur pour le lester de façon adéquate.

A droit sur le schéma on y trouve une portion de la galerie descendante .
Sa longueur est réduite, mais sa section et son inclinaison sont identiques.
A gauche, sur 6 m de long le début de la galerie ascendante avec son rétrécissement à la jonction avec la galerie descendante (pour tester la soupape faite d’un bloc de granite taillée) prolongée par la partie basse de la grande galerie, qui forme avec la figure de droite la même disposition que dans la pyramide.

On peut ainsi constater que si les galeries ascendante, descendante et la grande galerie sont représentées dans le « trial passage », il n’y a aucune raison de ne pas penser que son puits vertical ne soit pas à son tour une représentation  d’un des puits ayant pu contenir un flotteur oscillant.

On sait maintenant qu’en les cherchant on est sûr de trouver ces puits soigneusement bouchés dans la pyramide, dont on peut observer une portion de celui du troisième étage maquillée dans la chambre des herses.

La cylindre de la maquette fait 0.5 M² de section, la surface maximum d’eau libre qui est ici formée par le débouché des couloirs à l’air libre fait 42 M²  le niveau d’eau affleurant le sol.  En faisant varier le niveau d’eau on pouvait diminuer cette surface jusqu’à un minimum de 5.5 M², ce qui permettait de retrouver sur la maquette, les rapports exacts surface du flotteur / surface d’eau libre dans les chambres des trois oscillateurs de la pyramide et d’en reproduire à échelle réduite le comportement.

Pour tester le rapport exact entre course à vide et course en charge dans les différentes configurations, ils pouvaient introduire un flotteur dans le cylindre en ajustant son lestage à l’aide de la tranchée en pente juste à coté que l’on pouvait remplir d’eau, pour obtenir le point d’équilibre statique voulu pour le test.

Dans ces conditions, la longueur du flotteur pouvait aller jusqu’à 4.5 m, avec une période d’oscillation de 3 secondes, et peser jusqu’à 2.2 t pour une course à vide variant entre 2.5 m (pour laisser 2 m du flotteur dans le cylindre afin d’éviter qu’il ne se déchausse) et quelques cm.

Ainsi configuré le flotteur permettait de tester tout le fonctionnement des ascenseurs de la pyramide.

Par exemple les rapports entre course à vide et course en charge dans les 3 configurations des 3 étages.

Et également mettre au point le mécanisme de charge à la volée des blocs sur le plateau du flotteur, cette maquette nous indique avec CERTITUDE que le temps de la monté sur le plateau à la volée ne dépassait pas 1.5 s (une demi période) et la décharge à la volée en haut de course 3 s. Mais il pouvaient tester des temps plus courts juste en réduisant la longueur du flotteur, avec un flotteur de 3 m la période passait à 2.4 secondes.

Ce n’est pas tout, comme on retrouve ici la configuration exacte de la jonction entre la galerie ascendante et la galerie descendante, ils pouvaient tester l’ouverture hydraulique du bouchon fermant encore cette jonction, en plaçant dans la maquette un bloc identique à celui encore en place dans la pyramide (si ce n’était celui-là même!) qui fait 1.57 × 1.2 × 1.05 m et pèse 5 t , puis lourdement obturer l’entrée nord de la maquette et remplir d’eau jusqu’à 2.5 m sous le sol en laissant le flotteur dans le puits.

A ce niveau d’eau la pression statique sur la face du bouchon est celle d’une colonne d’eau de 2 m de hauteur exerçant sur le bouchon dont la section soumise à la pression est de 0.84 × 1.05 = 0.88 M² une force axiale de 2 × 9.82 ×.88 = 17.3 KN, la composante axiale de la force de la pesanteur exercée par le poids du bouchon étant de 32 KN On était donc sous la limite du soulèvement du bouchon.

En chargeant brusquement de 100 à 200 KG  le flotteur, celui-ci s’enfonçait immédiatement en faisant monter le niveau d’eau du puits à hauteur du sol, faisant passer de 2 à 4.5 m la hauteur de la colonne d’eau. La force appuyant sur le bouchon passe brutalement de 17.3 à 38.9 KN, repoussant le bouchon. Le temps qu’une partie de l’eau du puits s’écoule dans la mini galerie, le bouchon a pu s’élever de quelques centimètres, permettant de tester à la fois le recul du bloc et son blocage en position haute par le simple fait du frottement.

En fait TOUTES les modalités de fonctionnement des oscillateurs des 3 étages pouvaient être testées sur cette maquette.

Avant de creuser dans la roche du plateau une galerie de 100 m de long, un puits de 34 m de profondeur, une chambre souterraine de 250 M³, les constructeurs SAVAIENT DÉJÀ que leur élévateur à flotteur allait donner les performances attendues.

On peut ici encore constater le soucis de l’extrême précision de tout ce qui se fait dans cette pyramide.

Le lecteur se rendra compte du niveau technique de ces constructeurs, car ici la connaissance empirique n’explique pas tout, il fallait être capable de déduire du fonctionnement de la maquette, le fonctionnement en grandeur réelle.

Car plus tard, lors de la construction grandeur nature quand les trous ont été faits dans la roche, que l’assise en était déjà à la hauteur du deuxième étage et à fortiori du troisième, il n’était plus question de revenir en arrière pour corriger une erreur!

Le plus fort est qu’il serait aujourd’hui encore possible, avec la permission de ZH probablement impossible à obtenir, à peu de frais de remettre en service cette maquette et d’effectuer les tests et réglages que les constructeurs y firent il y a 4500 ans!
Si quelque organisation se lançait dans un tel projet, je me ferais une joie de les y aider!

Ascenseur de la chambre souterraine

Ascenseur de la chambre basse

Ascenseur de la chambre haute

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s