Troisième étage: Chambre Haute

La clé de compréhension de cet étage (et des deux autres) est la Chambre des herses qui est une section du cylindre du troisième étage maquillée par les constructeurs quand la pyramide fut terminée.

Ce volume pouvait contenir un flotteur de 1 x 1.9 m de section maximum. Quand on le projette en hauteur, ce puits coupe deux poutres du toit sur leur extrémité, mais elles auraient pu être écourtées d’un fraction de mètre à cet endroit (personne n’est allé vérifier) sans dommage pour la construction.

La forme de ce volume avec ses rainures parait adaptée à guider le coulissement du flotteur dans le puits.

Donc ce puits reçoit l’eau du troisième étage contenu dans la chambre haute,  comme pour le deuxième étage on constate des conduits en biais issus de la chambre qui vont ici jusqu’à 80 m ce qui nous indique la hauteur maximum atteinte par cet élévateur.

On vérifie que si l’on prolonge vers le bas le volume de ce puits on percute le toit de la chambre basse 14 m plus bas au niveau 29 m, ce qui est le niveau du fond du puits. Le niveau de départ pour les blocs étant 60 m (niveau d’arrivée du deuxième étage), le haut du cylindre doit se trouver 1.5 m plus bas (montée à la volée) à 58.5 m, soit une longueur du puits maximum de 58.5 – 29 = 29.5 m, en prenant 1.5 m de sécurité il restait 28 m de longueur de puits pour atteindre son point haut. Cette profondeur du puits autorisait une flotteur de 28 m de long, qui en retenant 1 m pour la sécurité engendrait une course maximum à vide de 27 m soit une demi course de 13.5 m. Donc the niveau maximum atteignable à vide était 58.5 + 27 = 85.5 m ce qui laisse une bonne marge pour atteindre 80 m en charge.

A l’équilibre statique de la course maximum, le flotteur plongeait de 28 – 13.5 = 14.5 m, avec une section de 1.9 M² il devait peser 27.5 t.

Mais le plafond de la chambre haute est seulement à la cote 49 m, 9.5 m plus bas que le haut du puits qui est le niveau d’eau dans le circuit, c’est donc que la chambre haute (comme la grotte souterraine) était sous pression et son plafond et ses murs étanches à l’air (ce qui explique le choix du granite et le soin extrême apporté au jointoiement des pierres) et que cet air est soumis à une pression relative d’une colonne d’eau de l’ordre de 10 à 12 m de haut. S’il y a une fuite d’air dans la chambre haute, l’eau arrive au plafond et l’étage cesse de fonctionner.

Ceci explique, que l’incident arrivé dans cette chambre haute : la cassure des poutres du plafond, a dû être réparée en colmatant les fissures pour retrouver l’étanchéité à l’air de la chambre. Mais pour ça il a fallu arrêter cet étage et donc le chantier, vider la chambre de son eau pour procéder aux réparations, pour la remplir à nouveau par la suite et continuer son exploitation.

En résumé, le circuit d’eau est fait de la chambre de 50 m² de section, de deux conduits en biais d’alimentation en eau qui vont sur l’assise et d’un puits, dont la chambre des herses en est une partie, qui prend son eau dans le conduit de liaison entre la chambre haute et la grande galerie, boyau obturé par « le sarcophage » dont une extrémité était placée et scellée sous les deux faux linteaux qui aujourd’hui sont toujours en place.

Les deux faux linteaux qui coulissent verticalement dans la partie nord de ce volume, ont servi de vanne pour envoyer via la grande galerie de l’eau contenue dans la chambre haute, vers la galerie ascendante et la chambre basse.

Manoeuvre-Vanne-O

Le remplissage en eau de cette chambre se faisait par les conduits obliques qui donnent sur l’assise, on fait monter le niveau d’eau dans le puits jusqu’à la cote 58 m à l’équilibre statique**.

Le flotteur mesure 29.5 m, sa demi course maximum faisait  et à l’équilibre statique il est a immergé dans le cylindre, il repousse donc 14.5 m de colonne d’eau et doit donc peser 14.5 x 1.9 = 27.6 t.

 

**Il y a cependant dans la chambre un phénomène contrariant qu’il faut prendre en compte, quand le flotteur fait sa course maximum, il déplace  1.9 x 27 = 51 M3 d’eau ce qui varier de 1 m le niveau de l’eau libre dans la chambre, ce qui revient à dire que le niveau d’eau au point haut baisse de 0.5 m mais à contrario, au point bas, il monte de 0.5 m, il faut donc déplacer le point d’équilibre statique de 0.5 m vers le bas et perdre 1 m de course à vide, ce qui donne 84.5 m de hauteur maximum au lieu de 85.5 m.

Pesant  27.6 t à vide sa course utile maximum sera de 84.5 – 60 = 24.5 m, pour 20 m de course en charge, son poids total en charge ne devra donc pas dépasser la valeur de 27.6  x 24.5 / 20 = 33.8 t soit une charge « utile » maximum de 6.2 t.

Au niveau 60 on est déjà à 80 % du volume de la pyramide au niveau 80 on atteint 93 % de complétion. Cet étage si imposant par son architecture n’aura fait « monter » la pyramide que de 13%, soit environ 300 000 blocs moyens.

Arrivé au point haut de cet étage, il faut prendre conscience qu’il reste encore à monter l’équivalent de la pyramide de Djoser ou de Mykérinos!

Commentaire:

Comparé à la simplicité et à la performance de la chambre basse, l’ascenseur de la chambre haute fait un peu « usine à gaz » avec les 3500 t de ses énormes blocs posés sur son plafond. Ces mégalithes ont demandé des trésors d’ingéniosité pour les fabriquer, les transporter et les mettre en place, pour à la fin arriver à n’obtenir que 20 m de portée contre 33 pour la chambre basse beaucoup plus simple.

Qui plus est on a frisé à un moment du chantier, probablement vers la fin, la catastrophe car les énormes poutres du plafond se sont fissurées sur un tassement du soubassement de la chambre et c’est miracle qu’elles ne se soient pas effondrées dans la chambre.

Cette fissuration était un incident grave car détruisant l’étanchéité à l’air de la chambre haute, celle-ci cessait de fonctionner et la pyramide était en panne!

Les constructeurs ont  réagit en étayant les poutres pour sécuriser la structure, il y a encore les traces au plafond, et ont rebouché les fissures car la chambre doit être étanche à l’air, mais ces étais ont disparu, pourquoi?

Parce que c’était une structure provisoire pour un ou deux ans le temps de terminer la pyramide qui en était à plus de 80 % de son volume final au moment de l’incident, il ont été retirés quand pyramide achevées, la chambre haute devenait inutile, le plafond pouvait s’effondrer, les constructeurs n’en avaient cure, le roi était ailleurs.

Si cette chambre avait été celle destinée à protéger le roi dans son voyage éternel, s’en était fini de la pyramide!

Ici, il faut bien comprendre une chose importante, construire une chambre étanche sous 97 m de pierres cela revient à construire un bathyscaphe en pierre plongeant à 240  m de profondeur en mer!

Sous ces pressions c’est difficile de construire des volumes importants en pierre, et donc au troisième étage devant la nécessité d’augmenter la surface de la chambre, les constructeurs ont voulu limiter les risques en choisissant un matériau très solide, mais ça n’a pas suffit. Les 43 m de maçonnerie support sous la chambre prenant appui sur la roche mère n’a pas tenu la contrainte énorme sans se tasser un peu mais pas uniformément, peut être aurait-il fallu qu’elle soit elle aussi en granite?

Pourquoi donc cette énorme structure au dessus du plafond de la chambre haute?

  •  Pour la résistance à l’écrasement par le poids de la pyramide rien ne justifie cette superstructure, le petit toit compact de la chambre basse qui a 20 m de pierres en plus de pression a très bien tenu.
  • Rien ne la justifie non plus au plan de l’hydraulique.

La seule explication logique que j’ai trouvé est qu’à cet endroit au centre de la pyramide, au nord de la chambre haute, entre les assises # 64 et 77, entre 52 et 60 m « on » avait besoin de place sur une assise bien nette et bien plane, libre de tout obstacle, car il fallait construire le complexe mortuaire du roi dans cet espace. Cet ensemble doit avoir une conception de même type que la chambre basse en plus long, mais pas plus large, probablement avec plusieurs chambres, en granite, et étanches et reliées entre elles par des corridors.

Puis cet ensemble terminé, l’assise recouvrait tout et redevenait plane et libre, on pouvait poser les mégalithes nord pour terminer le toit de la chambre haute.

Donc toute la complexité de gestion des mégalithes, n’était pas justifiée par le fait de construire la chambre d’un ascenseur, mais par la construction du complexe mortuaire du roi.

Maintenant « j’ai vendu la mèche » tout le monde sait où le roi repose, mais pour aller lui rendre visite il y aura des obstacles à franchir et pas seulement administratifs!

Niche de la chambre basse

Chambre des herses

Herses et sarcophage factices