Lecture hydraulique Pyramide de Mykérinos

Base 104 m, hauteur 65 m, angle 51°20′ tangente = 35 / 28 volume 0.237 MM³, poids .640 Mt, hauteur du centre de la sphère de protection 25 m.

L’étude de la pyramide de Mykérinos ne permet pas de penser qu’il y ait eu utilisation d’un système hydraulique dans cette pyramide. En effet les volumes auxquels les archéologues ont eu accès ne recellent avec certitude aucune trace de puits vertical.

D’après la Chronologie du « consensus », la pyramide attribuée à Mykérinos est l’ultime des 7 « grandes pyramides », son volume ne représente que le dixième de la pyramide attribuée à Chéops, ou dit autrement elle représente le volume de la pyramide de Chéops de la cote + 85 m au sommet.

Cette partie de la pyramide de Chéops aurait pu être terminée en un délai de l’ordre de 1 ans, c’est donc sur cet ordre de grandeur de délai de construction qu’il faut examiner la pyramide de Mykérinos.

Pour le parement en granite de la pyramide, à cette époque le centre de compétence de la taille du granite se situait à Assouan 900 KM plus au sud, le calepinage du parement se faisait donc à l’avance sur plan ou maquette à échelle réduite et non pas au vu du montage de la pyramide.

Ce parement présente une disposition très inhabituelle, car contrairement à toutes les autres pyramides, il n’a été « lissé » pour présenter une surface plane que sur une petite partie de la face nord autour de « l’entrée » pour une raison qui semble inconnue?

La face apparente des autres blocs du parement (encore visibles) semble sortir +/- brute du banc de taille. Par contre au niveau de l’entrée la surface des blocs du parement et bien plane, tout cela ressemble à un signalement du type: « Hé, l’entrée c’est par là! »

entrée 2

Quand on passe en revue l’intérieur connu de cette pyramide, force est de constater que tous les volumes visibles sont taillés dans la roche. Seule la « chambre du roi » est maçonnée, avec un plafond en voûte cintrée, mais cette voûte ne supporte qu’elle même, car on peut voir son extrados à travers une ouverture, ce qui signifie que la maçonnerie de cette chambre n’est en fait qu’un placage.

On ne voit aucun de ces volumes pouvant être prolongé vers le haut par un puits creusé dans la roche, puis comblé, ce qui permet de conclure qu’aucun système hydraulique de levage ait été utilisé dans cette pyramide.

Cependant cette absence de puits verticaux permet pas de penser que contrairement aux 6 précédentes cette pyramide aurait abandonné le schéma de principe = chambre mortuaire au centre de la pyramide, chambre mortuaire fictive en bas de la pyramide.

Mais à la réflexion, le principe le plus important est celui de la chambre mortuaire au centre de la pyramide dans laquelle on ne peut accéder que par un puits vertical partant du sommet, donc quasi inviolable et de facto inviolé, n’et pas contredit dans cette pyramide. En effet l’étude des 5 autres pyramides à pentes lisses, montre que leur partie haute a aussi été réalisée sans flotteurs élévateurs, et disposeraient elles aussi du même schéma « standard » avec un accès à la chambre mortuaire par un puits vertical depuis le sommet de la pyramide.

Pour quelle raison ce changement radical de taille?

Peut être un changement radical de la société qui aurait à la fois fait disparaitre la connaissance technique des grandes pyramides et aussi réduit drastiquement et pour toujours les moyens colossaux accordés depuis Djoser aux tombes royales, ou tout simplement faute de temps à cause de la santé chancelante du Pharaon?

La grande balafre au milieu de la face nord, que l’on attribue au sultan Malik al-Aziz au XII° siècle, témoigne d’une structure sous-jacente à la pyramide finie, comme on peut les constater dans ce qui reste de la pyramide de Meidum, car le mur dégagé au fond de  l’excavation est quasi vertical et n’est pas en recouvrement avec les blocs qui s’appuient contre et vont former la pyramide à faces lisses.

Une maçonnerie n’étant jamais en place pour rien, il reste cependant un doute qu’elle puisse abriter un complexe mortuaire, mais il faudrait d’autres investigations pour lever ce doute.

w896ix
Crédit Djedefre forum ddchampo.com

Le Colonel H.Vyse au XIX° siècle, tirant profit de cette sape a quant à lui creusé dans la pyramide d’abord à l’horizontale pour atteindre presque le centre, puis à la verticale, cherchant (en vain) une chambre funéraire secrète en sous sol comme tout archéologue qui se respecte!

Pas de chance pour nous ni pour lui, il est parti du niveau du palier formé par l’excavation, c’est à dire 20 m, soit 5 m au dessous du niveau du complexe funéraire supposé par l’ancienne architecture.

Cependant la partie horizontale de son tunnel arrive à 5 m du centre de la pyramide, sans le savoir, il a manqué, s’il avait existé le complexe mortuaire de très peu, quelques mètres tout au plus!

Complexe

Rien de ce que l’on connaît aujourd’hui de cette pyramide ne permet de dire par où cette « vraie » chambre du roi hypothétique aurait pu être accédée le jour de l’inhumation, pour être ensuite hermétiquement obturé.

Cependant l’exemple de la pyramide de Khéops dans laquelle l’assise 201 permet de soupçonner la présence d’une cheminée toute proche de l’axe vertical central, qui aurait été l’accès du complexe mortuaire pour inhumer le roi, puis par la suite bouché roi enterré pour l’éternité.

Cette hypothèse supposerait que le cortège funéraire ait pu être élevé au sommet de la pyramide pour ensuite faire une descente de 25 m vers la complexe funéraire, puis roi inhumé se retirer par les mêmes voies prises au retour.

L’élévation de la dépouille mortelle du roi et du cortège funéraire ayant alors pu se faire avec un dispositif adapté de celui utilisé pour lever les blocs de construction, de même que la descente depuis le sommet vers la chambre funéraire par un dispositif adapté de celui utilisé pour reboucher la cage verticale.

Cette pratique rejoindrait ainsi dans son principe celle qui fut utilisée avant la grande pyramide de Djoser à Saqqarah, c’est à dire un puits d’accès au caveau creusé depuis le sommet du mastaba. Mais ici le sommet étant bien plus haut et la pente de la pyramide très raide il devenait autrement difficile d’aller évider le puits d’accès au caveau.

Proposition d’un système très efficace d’élévation des blocs de construction.

Faute d’élévateur hydraulique, les constructeurs de cette pyramide disposaient pour lever les pierres d’un ensemble de solutions très simples sans doute mises au point pour les pyramides précédentes et tout à fait efficaces qui respectent deux principes fondamentaux des constructeurs: faire travailler le poids des opérateurs et avoir un rendement énergétique proche de UN.

Parmi cet ensemble que nous ne connaîtrons sans doute jamais, je vais en imaginer un ou deux inspiré par  « l’esprit de la pyramide » :

Il leur suffisait d’utiliser une face de la pyramide en construction comme support d’un chemin de progression des blocs, qui s’allongeait progressivement au fur et à mesure de l’élévation de la construction. Cependant on constate que les faces de cette pyramide ne sont pas réellement lisses mais en « ronde bosse ». Cette forme n’est pas favorable par elle même à un glissement des blocs directement sur la face, par contre elle permet de maintenir plus facilement un chemin de glissement profitant de ce relief pour se maintenir sans déraper vers le bas le long de cette pente très raide. Néanmoins le fait que les 6 autres pyramides ayant terminées avec le même procédé avec des faces lisses et bien plus hautes, on peut penser que la non finition du parement pourrait être due à un délai de réalisation raccourcis.

Un chemin de progression des blocs en montée pouvait être construit de façon à permettre à un chariot portant le  bloc d’avancer dessus à frottements réduits par divers moyens dont il n’est pas le lieu ici d’en parler.

Pour exercer la force motrice suffisante élevant le bloc, les constructeurs ne manquaient pas de solutions en mettant en œuvre le principe d’utiliser le poids des opérateurs comme force motrice, pas ou peu de frottements, donc rendement énergétique élevé

Lire la suite

Lecture hydraulique de la Pyramide de Khéphren

La pyramide de Khéphren est une de celles qui en dit le moins sur elle, 411 coudées de côté 274 coudées de hauteur, angle des faces avec l’horizontale est donné à 53°07′, mais l’angle le plus approchant donnant un SKD (cotangente x7) simple soit ici 5.25 (exactement 7 fois la demi base / hauteur) serait de 53°21′. Rayon de la sphère de protection 53 m, la seule chambre visible,

Chambre 14.15 x 5 x 6.83

évidemment désignées comme chambre funéraire, fait une section de 14.15 × 5 m, 71 M² de surface au sol et 6.83 m de hauteur, elle est une sorte d’hybride entre la grotte souterraine et la galerie horizontale de la chambre basse de Chéops, car prolongée par une importante galerie horizontale de 55 m de long, 1 m de large et 1.78 m de hauteur.

Cet ensemble donne une surface d’eau libre de 125 M² soit autant que la grotte souterraine de Chéops, on peut en déduire que c’est le premier étage de l’ensemble monte charge.

Le niveau d’eau à l’équilibre statique devait se situer à mi hauteur de la galerie horizontale soit à – 2.5 m sous la base.

La pyramide ne donne aucune information sur le puits vertical de cet étage, mais le complexe mortuaire se situant à 63 m de hauteur on peut anticiper deux étages pour y parvenir.

Il est permis de supposer que la vrai chambre mortuaire a une architecture identique à celle de la chambre visible, donc un point haut du mur à 60 m environ et des chevrons du toit pesant 30 t.

Soit une portée en charge de 30 m par étage et donc de l’ordre de 36 m à vide.

On peut estimer la section maximale du flotteur, car à la course maximum, il ne faut pas que le niveau d’eau dans la chambre varie de plus de 1.78 m, ce qui donne une section de l’ordre de 6 M² et un poids de 108 t  pour le flotteur.

Ce dimensionnement aurait permis en procédure « ordinaire » de placer des pierres de l’ordre de 20 t dans le complexe mortuaire. En l’état il serait vain de vouloir entrer dans plus de précisions.

Il faut noter cependant un point original dans le design hydraulique de cette pyramide, l’alimentation en eau du premier étage se fait depuis l’extérieur de la pyramide par la galerie descendante prenant naissance au niveau de la base, cette entrée restant libre d’accès pendant tout le temps de la construction.

Au plan hydraulique, la deuxième galerie descendante prenant naissance à la cote 12 m n’est d’aucune utilité. Le fait qu’elle ait été doublée d’un parement en granite suggère qu’elle n’est là que pour « simuler » l’accès à la chambre funéraire, « protégée » par une herse encore plus ridicule que celles de Chéops.

Il y avait quelque part sur le trajet de la galerie horizontale, une salle de chargement des blocs, contenant le cylindre prolongé de la cage, alimenté par une galerie horizontale dirigée vers l’est par laquelle les blocs étaient acheminés.

Pyramide achevée, roi inhumé cet équipement a été soigneusement bouché.

pyr

Lecture Hydraulique de la Pyramide de Saqqarah

La pyramide à degrés de Saqqarah attribuée au roi Djoser est la toute première des grandes pyramide en pierre de taille.

Base 121 x 109 m hauteur 62 m, volume 270 000 M³ rayon de la sphère de protection 25 m, 2.16 millions de pierres moyennes 0.125 M³, 300 KG.

Cette première grande pyramide faite exclusivement de pierres entassées crée une révolution dans le monument funéraire, non seulement par ses dimensions, mais aussi par ses dispositions interne et le formidable complexe de bâtiments qui l’entourent à l’intérieur d’une immense enceinte entièrement entourée d’un gigantesque mur en pierres taillées.

La tombe traditionnelle comprenait un puits ou une galerie en pente comblés donnant accès à une chambre funéraire très sobre sans inscriptions ni fresques contenant le sarcophage et quelques éléments de mobilier funéraire. La pyramide de Djoser ne contient pas moins de 12 puits dont un central gigantesque non comblé qui est répliqué à l’extérieur de la pyramide 300 m plus au sud, le niveau -30 m contient un important réseau de galeries dans la plus part des quelles ont peu circuler debout. Cette rupture avec le monument funéraire traditionnel sera poursuivie avec un accroissement explosif de dimension dans les 6 pyramides suivantes. les dynastie V et VI abandonneront ce gigantisme et reviendront à l’architecture des premières dynasties avec cependant des chambres funéraires coiffées d’énormes toits en voûtes à double chevrons dont certains pèseront de l’ordre de 100 t.

On peut faire l’hypothèse que la fonction d’une grande pyramide est de créer en son sein un volume de protection  pour y placer le roi en son centre afin de mettre le plus de pierres possibles entre son sarcophage et les agressions extérieures.

Ce dispositif déjà impressionnant étant doublé d’une mise en scène propre à égarer et confiner les visiteurs non invités dans une impasse, pour prévenir toute recherches dangereuses pour la dépouille mortelle du roi.

Dans cette pyramide, le scénario de diversion a été créé d’abord par le fait de laisser bien en vue, le lest creux du puits central, qui a été baptisé aussitôt trouvé par l’archéologue Français bien connu JP.Lauer « caveau de Djoser ». De plus les aménagements des galeries et puits attenants en sous sol ont complété le tableau.

A ce jour il faut bien reconnaître que cette stratégie est un succès à 100%, 4 500 ans de durée ont fait la démonstration que cette taille de pyramide suffisait pour protéger le roi, alors pourquoi ses enfants et petits enfants ont-il fait la course au gigantisme pour leurs pyramides?

Manifestation d’ego ? Besoin de sécurité? on saura peut être un jour en leur rendant visite.

On peut dire que la pyramide de Saqqarah est le produit d’une innovation technique dans au moins deux domaines: Extraire et tailler des pierres par millions, les élever « facilement » et les empiler pour constituer la pyramide.

Pour ce qui est de l’élévation des pierres, la pyramide met bien en évidence son procédé en nous montrant 11 puits sur la face orientale et un gigantesque puits central, ce dernier nous donne l’information sur l’existence d’un lest pour stabiliser un flotteur, les premiers nous renseignent sur la hauteur de levage des puits.

Puits Central Vue plongeante

Les puits orientaux ont une profondeur de 33 m sous la base de la pyramide, leur plan vertical coupe la face orientale de la pyramide à la cote 20 m hauteur du deuxième degré, ce qui est donc leur capacité l’élévation en hauteur.

PlanPuitsPyramide

Les pierres parviennent de l’extérieur à travers une galerie horizontale au niveau de la base, les puits sont prolongés par des cages qui traversent l’assise.

Ces puits contenaient des flotteurs capables d’élever des pierres en un seul mouvement jusqu’à une hauteur de 20 m.

Ayant une section de 3.5 M² leur capacité en charge maximum est de l’ordre de 1 t, alors que le puits central avec sa section de 49 M² peut lever à 20 m des blocs de 20 t environ.

Tous ces puits sont prolongés dans leur partie inférieure à – 33 m par des galeries horizontales qui convergent vers le puits central, ce même puits central est relié par une galerie à un autre puits de mêmes dimensions situé 300 m plus loin en dehors de la pyramide et relié à ce dernier par une galerie toujours existante.

On peut interpréter ceci comme étant un dispositif reliant tous ces puits entre eux, pour leur donner le même niveau d’eau, le puits extérieur toujours accessible permettant d’ajouter ou retrancher de l’eau dans le circuit à volonté.

Le fait que la pyramide mesure 62 m de hauteur et que la portée de l’ascenseur soit de 20 m suggère qu’il y ait encore dans la pyramide 2 étages supplémentaires en hauteur, avec probablement moins de puits en parallèle. Ces étages non trouvés, mais non recherchés sont encore nichés dans le corps de la pyramide.

Il est douteux cependant que le puits central dispose d’un deuxième étage, ce qui permet de penser qu’avec sa capacité en charge de 20 t pour 20 m de portée il ait servi à bâtir au cœur de la pyramide, un complexe mortuaire capable de résister à 40 m de pression de pierre. Le concept de la sphère de protection en rendra difficile l’accès.

Cet ascenseur est en soi déjà très performant, puisque les opérateurs n’ont qu’à monter sur l’assise en cours de construction à l’aide d’escaliers ou d’échelles placés sur une face extérieure, et se laisser descendre en nombre suffisant depuis ce niveau sur le flotteur pour le couler, ce dernier remontant quand un chargement inférieur au poids des opérateurs les remplace sur le plateau. Le rendement énergétique est supérieur à 90%.

Avec son volume de 270 000 M3, s’il avait fallu 20 ans pour bâtir cette pyramide, le débit moyen de levage eut été de 11 t / heure et un effectif moyen incroyablement faible de 12 opérateurs affectés au levage des pierres sur ces flotteurs eut été suffisant!

L’existence de 11 puits suggère que la pyramide était construite en onze rangées en parallèle, 3 ouvriers suffisent pour tirer/pousser une pierre de 300 KG, l’ascenseur pouvait en monter 3 ou 4 à la fois avec 12 opérateurs.

La séquence standard aurait pu être la suivante:

  • 12 opérateurs montent sur l’assise en empruntant des échelles posées sur la pyramide.
  • Ils prennent en charge 4 blocs que le plateau du flotteur vient de faire monter et les présentent sur la ligne en cours de montage, pour les passer à l’équipe de pose.
  • Ils retournent vers le puits et font couler le flotteur en montant sur le plateau.
  • Ils aident à charger 4 nouveaux blocs sur le plateau, puis remontent sur l’assise.
  • Les équipes se succèdent en rotation.

La séquence la plus longue étant de faire se déplacer les blocs sur l’assise et les poser.

Cet ascenseur est performant, peu coûteux, peu encombrant et d’un fonctionnement simple et statique, cependant ses capacités en charge maximum et débit exprimé en tonnes/jour, sera jugé insuffisant pour construire les pyramides suivantes, dont la prochaine celle de Méidum est déjà 2.3 fois plus volumineuse.

On le remplacera par une deuxième génération de ce flotteur, rendue plus performante que la première en s’affranchissant du contre poids.

Et in fine, c’est toujours ce type de flotteur qui aura le privilège de faire monter le roi dans sa dernière demeure le jour de l’inhumation.

Lecture hydraulique de la pyramide rouge

intérieur-blend

Les dimensions extérieures de cette pyramide ont été l’objet d’estimations différentes: Base 418 à 420 coudées hauteur 209 à 210 coudées, angle des faces par rapport à l’horizontale de 43°20 à 44°36′, volume 1.688 MM³, sphère de protection rayon: 44 m. Niveau du complexe mortuaire 44 m.

La grandeur de pente qui comptait pour les constructeurs n’était pas comme pour nous la valeur en degrés, mais le SKD ou 7 fois notre cotangente en comptant les hauteurs en coudées et les longueurs en palmes (une palme = 1/7 de la coudée) et l’on peut supposer qu’ils aient pris une valeur aussi simple que possible ce qui militerait pour un SKD de 7 soit base 418 hauteur 209 ou 420 hauteur 210, pente des faces 45°. »L’entrée » est à 31 m, le design de cette pyramide est très proche de celle de Méidum.

Je recommande de lire la pyramide de Meidum avant d’aller plus loin

La sphère de protection marque une augmentation de 10 m par rapport à cette dernière, mais un manque par rapport à la pyramide rhomboïdale, ce qui milite pour qu’elle vienne en deuxième position dans le temps et la rhomboïdale en troisième.

La pyramide rouge présente 3 volumes intérieurs, dont un, le plus au sud, a été qualifiée de chambre funéraire par le consensus et les deux autres d’antichambres, à la dimension près des antichambres, la configuration interne de la pyramide rouge est très semblable à celle de Meidum.

Un couloir descendant de section 1.05 x 1.21 m dont l’entrée est à la cote + 31 m qui se prolonge par un couloir horizontal dont le fond est la cote zéro, distribuant une antichambre de 3.67 X 8.38 m, hauteur 12.3 m décalée à droite, puis une deuxième décalée à gauche, avant de se terminer par une cheminée qui donne sur une chambre finale 4.2 x 8.38 m, hauteur du mur vertical 3.7 m, dont le sol initial (la maçonnerie a été défoncée) est à la cote + 8 m.

la pyramide de Méidum a caché deux de ses puits verticaux derrière des linteaux, dans celle-ci les antichambres sont mises en valeur!

Comme pour la pyramide précédente, les volumes chambres et antichambres sont les vestiges déguisés des puits à flotteurs de deuxième génération qui ont servit à construire une partie de la pyramide, car si l’on admet que la hauteur de levage de chaque puits était de l’ordre de 20 m, ils ne pouvaient pas faire arriver les pierres jusqu’au sommet à 105 m. Comme pour toutes les grandes pyramides, à partir d’une certaine hauteur les assises ont été remplies en levant les pierres le long des faces déjà construites, on pourra comprendre par quelle méthode en regardant le chapitre consacré à aux derniers étages de la grande pyramide.

Il paraît très plausible que la base d’une des antichambres du niveau zéro étaient le niveau de chargement des pierres, nous sommes donc en face du reste de la cage bouchée posée sur un puits bouché lui aussi. Par contre l’autre « antichambre » nous montre le fond du puits du deuxième étage, quand la chambre est le fond du puits du troisième étage.

Avec une section de 28 M² pour les antichambres et 35 M² pour la chambre « principale » on pourrait en déduire que le poids des pierres de construction ait été énorme. En effet il n’est pas à exclure que la section des flotteurs ait été nettement augmentée par rapport à Meidum pour hisser un plus gros tonnage par course car le volume de la pyramide est passé de 0.636 pour Meidum  à 1.69 MM³ quasiment trois fois plus.

Avec ses flotteurs  de deuxième génération, qui auraient pu faire 10 M² de section le poids soulevé par les flotteurs pouvait atteindre couramment jusqu’à 5/6 tonnes et  en utilisant des lingots pour augmenter la densité de charge du plateau plusieurs dizaines de tonnes.

De façon similaire à la pyramide de Meidum, le premier étage porte les pierres du niveau zéro au niveau 30 m, on peut donc s’attendre à un puits comblé de 33 à 36 m de profondeur.

A cette époque les liaisons entre chambres et antichambres étaient bouchées.

Le puits du deuxième étage reprenant les pierres au niveau 30 m ayant son fond au niveau zéro pouvait faire une portée de 25  m portant les blocs au niveau 55 m

Le puits du troisième étage tel qu’il est placé coupe la face de la pyramide à la hauteur 89 devait donc avoir une portée de 89 – 55 = 34 m

La finition de la pyramide de 88 à 104 m se faisant en montant les pierres le long des faces, comme dans Meidum.

Comme dans toutes les pyramides à partir de Meidum, les cages et puits centraux étaient obturés par le haut.

Tous les flotteurs avaient été démontés, les pierres pour obturer montaient le long du flanc de la pyramide, hissées à la fois par les pierres qui redescendaient dans les cages et puits et par des opérateurs qui accrochés à des cordes attachées à la pierre qui monte, se laissaient descendre sur la face opposée.

Lecture hydraulique de la pyramide de Méidum

La pyramide s’est partiellement effondrée on ne sait quand, ses dimensions extérieures initiales étaient base 275 coudées hauteur 176 coudées, sinus pente 22 / 28, comme pour la pyramide de Chéops, sphère de protection rayon 34.6 m. volume 0.636 MM³.

Ce qu’on voit en visitant son intérieur:

MeidoumChambreCouloir
Meidoum Chambre et descenderie Crédit Layman’s guide

Le schéma de ce qui est visible:

chambre

Ce que G. Dormion et JY. Verd’hurt ont découvert couleur saumon:

Chambrettes

Ce que j’y vois = 3 puits:

Mais pourquoi 3 puits au lieu de douze comme à Saqqarah?

Ces puits contiennent les flotteurs élévateurs submersibles de la deuxième génération, fonctionnant sans contrepoids, plus performants que la première génération qui a servi à construire la pyramide à degrés de Saqqarah.

Description de ce qui est visible:

Un conduit descendant dont le point d’entrée dans la pyramides est à la cote +18 m, suivit au point bas d’une galerie horizontale de 2 m de hauteur et 0.85 m de large dont le sol est à la cote – 6 m qui abrite deux « mini antichambres » de section 2.1 x 2.65 m légèrement décalées par rapport à l’axe du couloir l’une à l’est l’autre à l’ouest, se terminant par un puits vertical, débouchant dans une chambre plutôt exiguë dont le plancher est à la cote zéro qui fait une surface de 2.65 x 5.9  m.

Comme dans la rhomboïdale une pyramide auxiliaire se tient proche de la face sud, elle est tellement détériorée que l’on ne peut en tirer aucune dimension de section pour la chambre centrale.

Fonctionnement Hydraulique:

La chambre et les antichambres que l’on voit aujourd’hui pourraient être les vestiges bouchés et déguisés des puits ayant servi à élever les pierres dans la pyramide.

La descenderie, le corridor horizontal aurait pu être utilisés durant la construction pour alimenter en eau les deux puits au dessus des « antichambres » par contre la cheminée d’accès à la « chambre funéraire » aurait été construite pyramide terminée dans le seul but final d’en faire un leurre pour les pilleurs et archéologues du futur. 

On peut donc penser que les constructeurs aient utilisé la méthode des puits à flotteur pour les niveaux bas qui consomment les 3/4 du volume de pierre et pour les derniers niveaux élever les pierres par l’extérieur en s’appuyant sur les faces terminées des étages inférieurs comme décrit pour la grande pyramide.

Pour le niveau de chargement il est logique de prendre comme premier niveau celui de la base de la pyramide, qui est également le niveau du sol de la chambre principale, les pierres arrivant par une galerie traversant la pyramide et débouchant à l’est, coté temple du haut, la photo ci-dessous montre à la base une ouverture à l’est au centre de la face, qu’aucun document, à ma connaissance, ne décrit.

meidoum5

Rien dans la pyramide n’indique la portée en hauteur des puits, mais on peut tenir le raisonnement suivant: le débouché à 18 m de l’entrée nord signale que le niveau d’un puits du bas pouvait aller jusqu’à cette hauteur, ce qui devenait un nouveau niveau de chargement à partir de l’étage précédent. C’est donc qu’un puits amenait les pierres du niveau zéro à 18 m, soit 18 m de portée pour hauteur de flotteur de 20 m et une profondeur de puits de 22 à 24 m.

Le deuxième étage de flotteur reprenant les pierres au niveau  +18 m, les amenait plus haut, mais à quelle hauteur? La profondeur du puits faisant alors 18 + 6 = 24 m, un flotteur de 20 à 22 m de portée pouvait conduire les pierres jusqu’au niveau 38 à 40 m, permettant de construire (comme dans la pyramide de Saqqarah)  complexe funéraire situé à ici à 34 m.

Il serait donc logique que la chambre soit le vestige déguisé de la cage du premier étage qui prenait les blocs au niveau zéro pour les porter au niveau 18 m, à l’aide d’un flotteur plongé dans un puits de 22 à 24 m de profondeur.

Jusqu’à ce que l’assise soit au niveau 18 cet ensemble puits, flotteur, cage était le seul en service, alimenté en eau depuis la galerie d’accès des blocs au niveau zéro.

Le sol de la chambre aurait dû contenir à la fois la surface du puits plus une surface nécessaire pour que des opérateurs puisse manœuvrer les blocs à charger, rien ne peut pour le moment évaluer la distribution de la surface de la chambre entre ces des fonctions, j’ai donc pris arbitrairement une surface égale à la somme des surfaces des deux antichambres soit environ 12 M²

La cheminée de liaison de la chambre avec la descenderie aurait empêcher les puits de fonctionner elle aura donc été crée lors de la transformations de ces volumes pyramide terminée.

Les deux anti chambres du couloir horizontal conduisant à la chambre pourraient être les vestiges du fond des puits du deuxième étage, les mini chambres découverte par Dormion et Verd’Hurt aurait été le produit du rebouchage des puits masqué par des linteaux. 

De façon surprenante ce deuxième étage fonctionnait avec deux flotteurs de deuxième génération de 20/22 m reprenant les blocs apporter par le premier étage au niveau 18 m pour les porter au niveau 38/40 m.

Je pourrais expliquer cette particularité par le fait que probablement la dimension des blocs aurait pu être plus faible à ces niveaux se contentant d’une sections plus faible de flotteurs qui auraient été doublés pour augmenter le débit.

Ainsi la pyramide serait construite assise après assise parement compris et non pas par superpositions de pyramides à degrés comme certains auteurs l’ont proposé, sans aucun justificatif, ni technique, ni archéologique.

etapes

Boucher les puits et les cages était une tâche particulière et stratégique, une fois la pyramide terminée. Car c’est de la qualité d’exécution de cette tâche que dépendait la sécurité du roi pour l’éternité, il ne fallait pas pouvoir remonter au roi par ce passage!

Ce rebouchage pouvait se faire avec accès par le haut et par le bas quand l’assise en était au niveau 40 m en commençant par démonter et évacuer les flotteurs, combler le puits de la chambre pour en faire le sol, puis construire les voûtes en encorbellement qui font la « chambre funéraire » et au dessus des mini « antichambres » en ayant au paravent posé les linteaux au plafond, ce qui a conduit les constructeurs à réserver à l’avance ces mini galeries pour évacuer les ouvriers une fois les voûtes terminées.

Voûtes terminées, les puits auraient été comblés avec des blocs jusqu’au niveau 40 m.

Le seul accès restant au complexe funéraire du roi aurait été alors par une cheminée centrale construite en même temps que les assises, reprenant le principe ancien qui faisait accéder au caveau par un puits vertical, mais ici le caveau au lieu d’être au sous sol était au milieu de la pyramide, et l’accès au puits central étant au sommet de la pyramide comblé de pierres et couvert par le parement était quasi impossible pour des voleurs aventureux . Et même aujourd’hui alors que le sommet de la pyramide s’est effondré laissant paraître le noyau de maçonnerie central, il reste encore 30/40 m de hauteur blocs à dégager pour accéder à la chambre mortuaire.

Un examen attentif du sommet de ce moignon pourrait découvrir la trace de cette cheminée comblée, mais personne n’y a pensé.

Le roi pour son dernier voyage aurait donc fait une dernière ascension de la pyramide pour plonger dans cette étroite cheminée de 50 m de profondeur et rejoindre ses appartements pour l’éternité, après quoi la cheminée aurait été comblée, le parement terminé, ne laissant aucune chance aux « visiteurs » de prendre le chemin qui conduit à la dépouille mortelle du roi.

Ainsi désormais la chambre de chargement des blocs du premier étage apparait comme une chambre funéraire, le fond des puits du deuxième étage comme des antichambres et la galerie descendante comme l’accès au complexe funéraire, tout ce décorum était en place pour leurrer les pilleurs et archéologues et je peux dire qu’il fonctionne encore à 100% dans la communauté des égyptologues.

Lecture hydraulique de la pyramide rhomboïdale

DetailChambres

Dimension extérieures: base 190 m première pente 55° tangente 10 / 7 hauteur 47 m deuxième pente 44° tangente 27 / 28 hauteur 57 m, hauteur totale 104 m, volume 1.44 MM³, Sphère de protection rayon 44 m. Altitude du complexe mortuaire 44 m.

On peut dire que le complexe mortuaire se trouve à hauteur du changement de pente de la pyramide.

Je recommande la lecture hydraulique de la pyramide rouge avant de continuer.

Le design de cette pyramide marque une évolution par rapport aux pyramides Méidum et rouge, son intérieur est plus complexe et son rapport volume / rayon de la sphère de protection est plus performant, pour moi, elle vient donc du point de vue du progrès en troisième position dans le temps.

Cette pyramide souffre d’un déficit d’étude de la part des archéologues, les mesures varient suivant l’auteur et la description manque de précision, je donnerai donc les cotes générales en arrondissant.

La pyramide rhomboïdale présente deux chambres, une basse et une haute, accédées par des couloirs descendants, la basse par un couloir nord altitude de l’entrée 12 m, la haute par un couloir ouest altitude d’entrée 33 m.

Elle est flanquée au sud par une pyramide auxiliaire qui contient aussi une chambre de  6 M² coiffée par une voûte.

Chambre basse :

Cet ensemble est assez complexe à décrire:

La chambre basse est précédée par une antichambre très étroite de section 1 x 5 m dont le sol est au niveau – 23 m qui prolonge une descenderie venant du nord dont le débouché sur la face de la pyramide est à la cote + 12 m.

Cette antichambre communique avec la chambre basse par un passage situé à + 7 m de sa base, arrivant à la cote – 15 m.

La chambre  qui fait 5 x 6.25 m, 31 M², avec des murs verticaux de bonne qualité revêtus  de parement de pierres de 0.37 m d’épaisseur, la hauteur des murs est de 6 m, elle est coiffée d’une voûte en double encorbellement de 12 m de hauteur, d’après M&R** le sol de cette chambre sous un dallage de 0.37 cm d’épaisseur est fait du rocher original, il ne peut aller plus bas.

** V.Maraglioglio et C.Rinaldi archéologues Italiens.

Le volume de la chambre communique au sud avec une cheminée au design complexe, par un passage de 0.9 m de large, 2 m de long et 3.5 m de haut surmonté d’un linteau au dessus duquel on trouve une chambrette couverte par une voûte en encorbellement.

Ce linteau déchargé par une voûte est donc un faux linteau qui a été mis en place par le bas une fois la voûte terminée, dans le cas contraire il n’y aurait pas eu de voûte et le linteau eut été chargé.

Au niveau du sol de la chambre basse le passage donne immédiatement sur un puits de section environ 0.9 x 3.5 m dont la profondeur à partie du sol est mal établie entre 6 et 8 m suivant les auteurs,  qui était masqué originellement par des linteaux. Ce puits se prolonge en hauteur par une cheminée qui va jusqu’au niveau zéro fermée par deux linteaux, on y trouve deux niches, qui recevaient semble-il une dalle, dont le basculement dans l’axe N-S pouvait obturer la cheminée aux niveaux – 4 et – 11 m environ.

En partie haute de la voûte de la chambre basse proche du niveau zéro, on trouve le commencement d’une galerie qui communique avec les volumes de la chambre haute.

Chambre haute:

Son sol qui se trouve au niveau + 3 m, fait une section de 5.26 x 7.97 m, 42 M², la partie verticale du mur fait 3 m de hauteur, elle est coiffée par une voûte en double encorbellement de 12 m de hauteur. Le sol est encombré d’une maçonnerie et d’un portique en bois.

La chambre haute est accédée à l’ouest par un couloir horizontal de 17 m de long,  qui reçoit en son milieu le débouché du passage provenant de la chambre basse encadré par deux herses et se termine par un couloir ascendant débouchant sur la face ouest de la pyramide à la cote 33 m.

Les herses sont placées dans des logements de 0.8 x 3.8 m coiffés par une voûte en encorbellement.

Il est tout à fait anormal que les chambres recevant les herses, ainsi que l’antichambre basse, soient refermés par des voûtes en encorbellement, car avec une largeur de 0.8 m et 1 m ils auraient dû être fermés par des linteaux, comme les galeries descendantes de même largeur.

C’est donc que ces chambres n’ont pas été fermées au moment ou l’assise de la pyramide arrivait au niveau de leurs plafonds, car alors des linteaux auraient pu y être posés pour les coiffer. C’est donc que nous somme en présence de puits qui ont été bouché plus tard, il n’était alors plus possible d’y placer des linteaux et seule une voûte en encorbellement pouvait être réalisée.

Lecture hydraulique:

6 puits sont détectés au niveau des chambres basse et haute, plus un dans la pyramide « auxiliaire » au sud, ce qui révèle une bien plus grande complexité que la pyramide rouge:

Niveau bas:

  • Le puits chambre basse de 35 M² cote du fond – 15 m au niveau du dallage
  • Le puits de l’antichambre 5 M², fond à – 23 m
  • Le puits de la cheminée 3 M², fond incertain probablement – 26 m

Niveau haut:

  • Le puits chambre haute 42 M² de section, fond à +3 m
  • Les deux puits des « herses » section 3 M², fond à + 4 m

Extérieur de la pyramide:

  • Le puits de la pyramide auxiliaire de section 6.3 M² dont le sol montre qu’il a été partiellement comblé. Je prendrai donc une cote de – 18 m pour le fond de ce puits.

Rhombo-puits-chambres

Les pierres arrivaient des carrières au niveau de la base, le niveau zéro.

Le niveau d’eau dans les puits qui communiquent avec la descenderie nord dont le point haut affleure à + 12 m, pouvait donc varier jusqu’à + 12 au maximum, à condition de boucher la communication du puits avec le niveau zéro.

Le niveau d’eau du puits de la chambre haute, ne dépassait pas le niveau 33 m partant du niveau + 3 m.

Au tout début, les pierres arrivent du niveau zéro dans la pyramide par un corridor entrant par la face sud ou orientale qui est rapidement coiffé par l’assise de la pyramide pour rejoindre le pas de chargement qui se situe au débouché du puits de la chambre basse (actuellement proche du sommet de la voûte de cette chambre).

Le flotteur du puits de la chambre basse fait en un premier temps une longueur de 15 m avec une capacité d’élévation de 12 m.

Il remplit l’assise de 0 à 12 m ce qui représente 27% du volume total.

A partir de cette hauteur, le niveau + 12 m devient alors le nouveau niveau de chargement, la communication du puits avec la galerie du niveau zéro étant maintenant provisoirement condamnée.

Le puits sud (pyramide auxiliaire) prend les pierres au niveau zéro et les amène à un niveau légèrement supérieur à 12 m, pour qu’elles rentrent dans la pyramide par une passerelle en légère pente qui relie ce puits à l’assise de la pyramide, les pierres entrent donc par le sud à travers une nouvelle galerie située au niveau 12 m sur la face sud, face à la pyramide auxiliaire**.

**Avec 6.3 M² de section, le puits sud est limité à une capacité « normale  » de 3 t, mais une procédure à base de lest auxiliaire peut être utilisée qui multiplie cette capacité, pour élever les blocs beaucoup plus lourds mais peu nombreux du complexe mortuaire. Avec 6 m de tirant d’eau son poids maximum en charge était de 38 t dont 10 pour le flotteur acceptant une charge utile de 28 t.

Le puits de la chambre basse fait maintenant 12 + 15 = 27 m de profondeur et le flotteur 21 m de portée, il peut remplir l’assise jusqu’à 21 + 12 = 33 m de hauteur à 8 m du niveau du niveau du complexe mortuaire.

Le niveau + 33  qui est celui de l’entrée de la descenderie ouest, 33 m sera le niveau de reprise des pierres par le deuxième étage. La pyramide est de 63 % de remplissage***.

*** A partir du niveau 12 m, tout le débit de pierres passe par le flotteur de la pyramide auxiliaire dont le cycle de fonctionnement est de l’ordre de la minute pour élever « normalement » 3 t au maximum, soit environ  1.15 M³/ mn en volume, ou encore 800 M³ / jour. A ce niveau de 12 m, il restait encore 1 MM³ à poser, soit environ 3.5 ans de débit à pleine charge, ce calcul montre simplement que le flotteur sud n’est pas le goulet d’étranglement du planning de construction de la pyramide.

Mais pourquoi alors faire une chambre basse d’une surface 5 fois plus grande ? Sans doute pour en faire plus tard une « chambre funéraire » acceptable car un « appartement » de 6 M² pour un grand roi, aurait fait un peu « radin ».

Il était logique que le flotteur de la chambre base (comme de la chambre haute) ait été aussi d’une section à 6 M² guidé dans le volume de ces chambres par une maçonnerie provisoire et/ou une structure en bois dont la chambre haute laisse voir des vestiges.

La destruction de cette structure à la fin, n’était peut être pas étrangère au volume important de gravats trouvé dans la chambre basse par les premiers « visiteurs ».

Avec une section de 6 M² et un tirant d’eau de 6 m, le flotteur le la chambre basse peut soulever une charge de 36 t dont lui même que je compte pour 10 t, sa charge utile maximum aurait été de 26 t, soit la pierre la plus lourde que l’on pourrait trouver à l’intérieur de la pyramide.

Le puits de la chambre haute dont le fond est au niveau 3 m, fait alors 33 – 3 = 30 m de profondeur laissant à son flotteur une portée de 27 m qui amène l’assise au niveau 33 + 27 = 60 m, il reste alors encore 44 m à couvrir pour atteindre le sommet probablement en deux étages, mais la pyramide est muette sur ce point.

Il est évident que les deux « petits » puits auxiliaires de chaque niveau, n’avaient qu’un rôle sans importance pour remplir la pyramide, leur fonction va donc se révéler pyramide terminée.

Pyramide terminée, il restait de haut en bas à boucher les puits et les cages qui ont acheminé les pierres, on ne peut savoir comment pour les étages supérieurs puisque nous n’avons aucune information les concernant.

Pyramide terminée, il restait encore « une charge spéciale » à livrer, c’est la dépouille mortelle du roi, son cortège et son mobilier funéraire à faire passer du temple du haut à l’est de la pyramide, au niveau + 44 m celui du complexe mortuaire.

La mise en place des décors du leurre pouvait commencer:

Partie haute:

Ils ont donc commencé par la chambre haute, en démontant le flotteur après avoir purgée l’eau, puis terminant la partie haute de sa voûte qui était initialement occupée par le puits. Ceci fait depuis le niveau 33 avec les pierres fournies par le flotteur de la chambre basse, combler par le haut le volume du puits au dessus de la voûte jusqu’au niveau 33. Ceci fait, à l’aide des flotteurs des herses, combler la cage par le haut. Le volume cage + puits de la chambre haute est maintenant totalement comblé à part la chambre, la maçonnerie du puits à l’intérieur de la chambre ayant été partiellement démontée.

Il n’y a aucune information sur ce qu’il est advenu des cages des flotteurs des herses entre 33 et 60 m, l’une des deux, une fois sa voûte en partie basse été bâtie, aurait pu être comblée par l’autre, après que son puits eut été comblé depuis le niveau 33 avec des pierres fournies par le flotteur de la chambre basse.

Je ne vois pas la justification d’avoir ces deux flotteurs? je ne la trouve que pour un. Se pourrait-il que l’un des deux logements n’ai jamais contenu de puits?

Partie basse:

Partie haute désactivée et bouchée, il fallait encore pouvoir atteindre le complexe funéraire à la cote + 44 m en entrant par le niveau + 12 m il fallait une portée de flotteur de 32 m

Ce qui était hors de portée du flotteur de la chambre basse, mais pas du puits de l’antichambre qui avec une profondeur de 12 + 23 = 35 m, laissait un tirant d’eau de 3 m pour atteindre le niveau + 44, soit un poids de flotteur chargé de 3 x 5 = 15 t dont un poids de flotteur de 4 t et une charge utile de 11 t maximum.

Le puits de la cheminée ayant la même portée, voire 2 m de plus, pouvait également faire l’affaire.

Comme pour la partie haute, je ne trouve pas la justification pour 2 flotteurs auxiliaires,

Le puits de la chambre basse fut le premier à être comblé:

Ayant accès par le haut et par le bas, les ouvriers ont complété la voûte de la chambre basse puis ont comblé jusqu’au niveau +12 m l’espace au dessus à l’aide de pierres toujours délivrées à ce niveau par le puits de la pyramide auxiliaire. La partie du puits située sous la voûte a été démontée et les accès de la chambre basse avec l’antichambre et la cheminée ont été obturés.

Les deux puits restant pouvaient être remplis d’eau jusqu’au niveau + 12 m

Le dispositif permettant de conduire le roi dans sa dernière demeure été en place, la pyramide était en veille en attendant le moment fatal.


Le jour venu, la dépouille du roi dans son sarcophage intérieur, sortant du temple du haut, se présente devant la pyramide auxiliaire sud qui l’élève à + 12 m. La procession entre dans la pyramide par le corridor sud et atteint le pas de chargement.

Du fait de sa largeur c’est le flotteur de l’antichambre qui se chargera de la tâche de conduire du niveau + 12 au niveau + 44, la dépouille mortelle du roi, son cortège et son mobilier funéraire. Inhumation terminée, bunker du roi scellé, le cortège dans lequel devait se trouver le jeune Chéops, le nouveau pharaon, quitte la pyramide.

On comprend maintenant pourquoi le plafond de « l’antichambre » de la chambre basse est fermé par une voûte en encorbellement, car c’est seulement roi inhumé que ce puits a pu être comblé donnant naissance à « l’antichambre ». Qui de fait est une réelle antichambre car au dessus de son plafond, il y a une cheminée qui conduit droit au complexe funéraire du roi, mais celle ci a été très soigneusement obturée par une colonne de 54 m de pierres entassées.

Le premier acte est donc après avoir démonté et évacué le flotteur, puis vidangé l’eau, de bâtir avec accès par le haut et par le bas la voûte en encorbellement que l’on peut encore voir, ceci fait la partie entre le dessus de la voûte et le niveau +12 pouvait être comblée par le haut à l’aide de pierres fournies au niveau + 12 par le flotteur sud. On pouvait alors ouvrir la communication de l’antichambre avec la chambre basse.

Ceci fait depuis le niveau + 44 à l’aide de pierres apportées par le flotteur de la cheminée, la cage de l’antichambre est entièrement comblée du niveau + 44 jusqu’au niveau + 12.

La cheminée reste énigmatique dans sa configuration actuelle

Pourquoi laisser une cheminée communiquant avec la chambre basse, au dessus d’un puits non comblé caché sous une dalle ? Alors qu’ils auraient pu simplement d’abord combler de haut en bas avec accès par en dessous à l’aide du flotteur, la cage entre le niveau + 44  et le niveau 12 en laissant au niveau 12 une chambrette avec voûte.

Puis du niveau + 12 combler le puits jusqu’en bas, en s’arrêtent un moment au niveau zéro pour combler la galerie horizontale qui conduit à l’extérieur de la pyramide.

Ceci fait combler du niveau zéro au niveau + 12.

Et enfin condamner le niveau 12 en obturant complètement sa galerie qui traverse la pyramide vers le sud.

La colonne de 0.9 x 3.5 m de section qui va de – 24 m à + 44 m aurait alors été comblée en laissant une chambrette avec voûte (qui auraient pu être comblées car la voûte aurait été orientées dans le même sens que la galerie) sans laisser cette cheminée énigmatique.

POINT FINAL

MAIS IL RESTE UNE ÉNIGME:

Les constructeurs ont décidé de ne combler qu’une partie de la colonne de 0.9 x 2 m à partir de la mini-voûte que l’on peut toujours observer.

Cette mini-voûte laissant un accès à la cheminée à partir de la chambre basse. Pourquoi?

Qu’y a-t-il maintenant au dessus des deux linteaux qui ferment la cheminée,

Le prolongement de la cheminée? Comblé? Non comblé?

Un volume inconnu?

Ne pourrait-on pas, comme le firent Dormion et Vand’hurt à Meidum faire un sondage à travers ces deux linteaux pour comprendre ce qui se passe en dessus?


Pyramide fermée ils ont fait du puits sud, la petite pyramide auxiliaire que l’on connaît aujourd’hui, en y laissant le puits partiellement comblé, coiffé par une voûte en encorbellement et relié à l’extérieur par une galerie en V qui débouche face nord.

Aujourd’hui les archéologues se grattent la tête en analysant cette pyramide dont la chambre « funéraire » de 6 M²  aurait eu, à l’évidence, du mal à contenir décemment la dépouille mortelle d’un noble personnage.