Lecture hydraulique de la pyramide de Méidum

La pyramide s’est partiellement effondrée on ne sait quand, ses dimensions extérieures initiales étaient base 275 coudées hauteur 176 coudées, sinus pente 22 / 28, comme pour la pyramide de Chéops, sphère de protection rayon 34.6 m. volume 0.636 MM³.

Ce qu’on voit en visitant son intérieur:

MeidoumChambreCouloir
Meidoum Chambre et descenderie Crédit Layman’s guide

Le schéma de ce qui est visible:

chambre

Ce que G. Dormion et JY. Verd’hurt ont découvert couleur saumon:

Chambrettes

Ce que j’y vois = 3 puits:

Cylindres

Mais pourquoi 3 puits au lieu de douze comme à Saqqarah?

Ces puits contiennent les flotteurs élévateurs submersibles de la deuxième génération, fonctionnant sans contrepoids, plus performants que la première génération qui a servi à construire la pyramide à degrés de Saqqarah.

Description de ce qui est visible:

Un conduit descendant dont le point d’entrée dans la pyramides est à la cote +18 m, suivit au point bas d’une galerie horizontale de 2 m de hauteur et 0.85 m de large dont le sol est à la cote – 6 m qui abrite deux « mini antichambres » de section 2.1 x 2.65 m légèrement décalées par rapport à l’axe du couloir l’une à l’est l’autre à l’ouest, se terminant par un puits vertical, débouchant dans une chambre plutôt exiguë dont le plancher est à la cote zéro qui fait une surface de 2.65 x 5.9  m.

Comme dans la rhomboïdale une pyramide auxiliaire se tient proche de la face sud, elle est tellement détériorée que l’on ne peut en tirer aucune dimension de section pour la chambre centrale.

Fonctionnement Hydraulique:

La chambre et les antichambres que l’on voit aujourd’hui sont les vestiges bouchés et déguisés des puits ayant servi à élever les pierres dans la pyramide.

La descenderie n’a pas de fonction hydraulique, sinon de verser de l’eau dans les puits depuis l’assise, mais ce n’était pas obligatoire, car les ouvriers pouvaient faire le niveau depuis l’entrée des cages. Par conte le corridor horizontal reliant les puits permettait de maintenir le niveau d’eau des 2 puits.

De ce qu’on voit de la pyramide, rien n’indique, ni le niveau de chargement des pierres, ni la hauteur d’élévation car les puits sont centraux.

Pour le niveau de chargement il est logique de prendre comme premier niveau celui de la base de la pyramide, qui est également le niveau du sol de la chambre principale, les pierres arrivant par une galerie traversant la pyramide et débouchant à l’est, coté temple du haut, la photo ci-dessous montre à la base une ouverture à l’est au centre de la face, qu’aucun document, à ma connaissance, ne décrit.

meidoum5

Rien dans la pyramide n’indique la portée en hauteur des puits, mais on peut tenir le raisonnement suivant: le débouché à 18 m de l’entrée nord signale que le niveau d’un des deux puits du bas pouvait aller jusqu’à cette hauteur, ce qui devenait un nouveau niveau de chargement. C’est donc qu’un des deux puits amenait les pierres du niveau zéro à 18 m, soit 18 m de portée pour une longueur de puits de 20 m, donc – 14 m au dessous du niveau visible actuellement.

L’autre puits reprenant les pierres au niveau  +18 m, les amenait plus haut, mais à quelle hauteur? La profondeur du puits faisant alors 18 – 6 = 24 m, un flotteur de 22 m de portée pouvait conduire les pierres jusqu’au niveau 40 m, dépassant le niveau du complexe funéraire situé à 34 m. De ce niveau le puits de la chambre pouvait avoir une profondeur de 40 m contenant un flotteur d’une portée de 38 m conduisant l’assise jusqu’au niveau 78 m, laissant 14 m de portée pour un dernier flotteur dont le fond du puits devrait se situer à la cote 62 m.

Les deux puits inférieurs ayant une section de 5.5 M² contenaient des flotteurs de deuxième génération sans contre poids, guidés par les parois du puits et de la cage.

Ils avaient une capacité en charge « normale » de 2.75 t, soit avec un cycle de fonctionnement de 1 mn un indice de performance de 165 T /H ou 1 980 t / jour soit 800 M³ / jour ce qui met à 2 ans le remplissage du volume total de la pyramide si le puits avait pu débiter à 100% de sa capacité 100% du temps. Le flotteur élévateur n’est donc pas le goulet d’étranglement de la pyramide.

La limite de 2.75 t est prise pour un plateau sur lequel les opérateurs s’entassent sur un niveau du plateau soulevé par le flotteur.

Des pierres beaucoup plus grosses sont passées par là qui ont servi à construire le complexe funéraire, il existe une méthode utilisant des lests intermédiaires pour augmenter grandement la charge élevée au prix d’un fort ralentissement du rythme, mais les pierres du complexe funéraires ne sont pas en grand nombre.

Ceci indique que la section de 15 M² du puits du troisième étage a été choisie, non pas pour une question de capacité, mais pour faire une chambre « funéraire » crédible, cependant il n’est pas impossible que la section du flotteur, de la cage et du reste du puits soit la même que celle des « antichambres ». Le fait d’avoir au milieu du puits un volume « inutile » pour la fonction élévatrice n’est pas une gène. On trouve dans cette chambre des restes de poutres en bois encastrées dans la structure, il n’est pas impossible que ces poutres aient servi à guider le flotteur.


Boucher les puits et les cages était une tâche particulière et stratégique, une fois la pyramide terminée. Car c’est de la qualité d’exécution de cette tâche que dépendait la sécurité du roi pour l’éternité, il ne fallait pas pouvoir remonter au roi par ce passage!

Le rebouchage n’intervenait qu’une fois le roi inhumé, car c’est par ces puits qu’il avait été conduit dans sa dernière demeure.

Ce rebouchage se faisait de haut en bas depuis le débouché au sommet de la pyramide, en commençant par les puits des étages les plus élevés, le puits de l’étage inférieur étant lui bouché à partir de la descenderie, puis la voûte coiffant la chambre ou l’antichambre et enfin le rebouchage des cages jusqu’à la plus haute et la fermeture de la pyramide au niveau du sommet par une pierre du parement. Parallèlement la galerie horizontale d’accès des pierres et des hommes était aussi rebouchée de l’intérieur vers l’extérieur et son extrémité recouverte par le parement.


Les pierres arrivant sur l’assise par des cages situées au centre de celle-ci, sont donc distribuées à l’horizontale, la pyramide se construisant à l’horizontale assise après assise, du parement vers le centre,  dernière assise posée la pyramide était terminée.

Les théories de construction par pyramides superposées, ne sont que de pures fantaisies sans aucun justificatif, ni technique, ni archéologique, produite par des auteurs qui n’ont rien compris aux pyramides.

etapes